Combattre l’infobésité (1 sur 2)

July 8, 2014, par Valère Drainville

Bienvenue à l’ère du numérique et de la surabondance d’information !

Grâce à internet et particulièrement aux technologies mobiles, nous avons accès à une quantité astronomique d’information en tout temps et en tout lieu. Du bon côté de la médaille, toute cette information nous a ouvert des portes et des opportunités dont mes grands-parents n’auraient jamais osé rêver. D’un autre côté, nous en consommons trop et nous le faisons si mal que nous sommes maintenant « infobèses ». Il y a le sucre, le sel, le gras et maintenant les octets. Leur excès peut entraîner de sérieux problèmes :

Manque de temps et insatisfaction

Angoisse, stress et anxiété

Dispersion et fatigue

Comment renverser la tendance ?

Les pistes de solution sont très similaires à celles que vous pouvez utiliser pour maigrir: mangez moins et mangez mieux. En un mot: diète! Dans ce premier billet, je vais aborder les problèmes que causent la grande disponibilité de l’information et les solutions pour mieux la gérer.

La disponibilité de l’information : seulement un avantage ?

La disponibilité de l’information a bien sûr plusieurs vertus. Elle a fait exploser notre capacité à résoudre des problèmes, à accumuler des connaissances, à créer, à inventer et à atteindre nos objectifs. Mais à cause de la surabondance, jamais nous n’avons été aussi en danger de s’égarer ou de surconsommer l’information. Voici donc des solutions facilement applicables pour perdre quelques kilooctets.

Lâchez prise

Gérer et consommer l’information prend du temps. Vous ne pouvez pas tout savoir et vous n’avez pas besoin de tout savoir. Savoir que quelques personnes sont mortes d’une grippe étrange en Indonésie ne fait que créer de l’angoisse. Lâchez prise, attendez au moins que la grippe arrive à Toronto pour commencer à vous inquiéter. Et surtout, réduisez l’information que vous consommez. Vous pouvez par exemple demander qu’on vous mette moins souvent en copie conforme (cc) dans les courriels. Vous pouvez aussi passer plus temps en mode ‘déconnecté’, écouter plus de musique, consommer moins de nouvelles.

Priorisez

Pour mieux naviguer dans toute cette information sans se perdre, il est important de faire des choix en fonction de ses priorités. Prenez le temps de réfléchir à ce qui vous intéresse, et concentrez vos lectures principalement sur ces sujets. Pour ce faire, faites une courte liste de sujets et de mots-clés qui sont importants pour vous professionnellement et personnellement. Prenez des sujets qui vous passionnent et qui vous ferons grandir et avancer. N’en inscrivez pas trop. Également, inscrivez tous les sujets qui ne vous intéressent pas et que vous voulez éviter. Avant de consommer une information, questionnez-vous sur sa pertinence face à ces sujets. Si l’information n’est pas liée à votre liste, passez à autre chose.

Bien choisir ses sources

Connaissez-vous la loi de Pareto (http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_Pareto) ? 80% des résultats viennent de 20% des efforts. C’est également vrai pour les communications : 80% de l’information importante provient de 20% des sources. Pour gagner du temps, trouvez des sources fiables et créatrices de contenu à valeur ajoutée. Il faut savoir que sur les réseaux sociaux, une très grande quantité de sources ne font que relayer du contenu en provenance de sources diverses sans fil conducteur et sans valeur ajoutée. C’est ce que j’appelle faire du bruit. Le défi, c’est de trouver des sources qui créent du contenu authentique à valeur ajoutée. Suivez par le biais des réseaux sociaux des blogues professionnels et spécialisés, des journaux et des magazines. Évitez les relayeurs et les bruyants.

Organisez l’information que vous consommez

Le but est de passer moins de temps à fouiller et plus de temps à lire et à apprendre. Il faut donc s’assurer d’avoir accès à un contenu déjà trié et dont les éléments ont de bonnes chances d’être pertinents.

Pour les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, plusieurs outils vous permettent de filtrer l’information que vous lisez. Hootsuite en est un bon exemple. Vous pouvez séparer vos flux de nouvelles en créant des listes où vous insérez tous les comptes ou individus associés à un sujet qui vous intéresse. C’est comme séparer un compte Twitter en plusieurs comptes ayant chacun des contacts associés à un sujet précis. Vous pouvez ainsi être informé sur vos sujets préférés sans avoir à chercher à travers une multitude de nouvelles variées.

Pour les logiciels de courriels, utilisez les règles de messagerie pour déplacer automatiquement vos courriels entrants dans des sous-dossiers thématiques qui reflètent vos priorités et vos objectifs en information.

Enfin, quand vous tombez sur une information que vous n’avez pas le temps de consommer, inscrivez le lien internet, la référence ou l’information dans un logiciel tel que OneNote ou Evernote. Vous pouvez également la mettre sur une liste de tâches Microsoft Outlook dans la catégorie « À lire ».

En résumé, pour éviter de devenir ‘infobèse’, il est important de bien gérer la grande disponibilité de l’information. Pour atteindre un régime bien équilibré, réduisez la quantité d’information que vous consommez, priorisez vos sujets de lecture, choisissez bien vos sources et organisez vos listes de lecture. Vous aurez alors de bonnes chances de garder la ligne. Mais attention ! Deux autres éléments menaceront toujours votre santé intellectuelle : l’instantanéité de l’information et le manque de rétention. Les techniques pour les vaincre vous seront données dans un deuxième article sur l’infobésité.

Soyez au fait des tendances, innovations et bonnes pratiques, chaque mois.
Confidentialité
Centre de formation autorisé Emploi-Québec, Agrément : 0051460
TPS : 141582528 – TVQ : 1019557738
© 2020 AFI
AFI Expertise

L’expérience AFI par Edgenda

Chez AFI, nous concentrons nos efforts pour vous offrir des formations pertinentes et des expériences d’apprentissage percutantes qui s’inscrivent dans vos démarches de transformation. Vous désirez être accompagné dans ces démarches? Consultez les services d’Edgenda: Edgenda.com