J'ai dû réussir à m’adapter

February 15, 2012, par Alain Beaudoin

Je me suis mis à réfléchir à tous les changements que j’ai initiés, abandonnés et complétés dans les différentes sphères de ma vie et surtout depuis que j’ai l’âge de la maturité.

Certains ont été des initiatives ou changements mineurs et d’autres des transformations profondes. Ma réflexion m’a amené au même constat que Darwin, on évolue, on s’adapte ou on souffre et ultimement on meurt! Comme je suis encore bien vivant, j’ai dû réussir à m’adapter, mais ais-je réussi à réaliser tous les changements que j’ai initiés dans ma vie? Est-ce que ce sont les changements que je voulais qui se sont réalisés ou d’autres plus naturels me permettant de tenir compte de la pression de l’environnement? Qu’est-ce qui fait que je n’ai pas réussi tous les changements que j’ai voulu apporter dans les différentes sphères de ma vie et est-ce que cela conditionne le fait que je ne réussirai pas tous les changements que je voudrais apporter dans le futur?

En regardant tous les changements dont je me souviens, mon premier constat est que mes décisions de changements proviennent de plusieurs sources passant de l’émotion brute, à la raison et l’obligation imposée par quelqu’un d’autre.

Je me souviens d’avoir arrêté de fumer à l’âge de 18 ans, j’étais en colère d’avoir perdu mon paquet de cigarette, parce qu’à cette époque en acheter un autre me mettait dans le rouge financièrement.

Je me souviens d’avoir changé de job, car j’étais rendu malheureux et que je ne trouvais plus de sens à ce que je faisais.

Je me souviens d’avoir changé de blonde parce ce que je n’étais plus heureux et aussi parce que je sentais une énergie nouvelle s’installer en moi et je me souviens que mes blondes ont aussi changé de chum (moi)… des fois, les changements nous sont imposés.

Je me souviens d’avoir décidé d’être en forme et de m’inscrire au Gym et d’abandonner et ce, à plusieurs reprises.

Je me souviens également d’avoir implanté des changements au travail et les réaliser et je me souviens aussi d’avoir abandonné en cours de route, en changeant partiellement ou complètement d’idée, même s’il me semble que j’avais bien identifié au départ ce qu’il fallait changer et pourquoi, du moins je le pense…

Avec du recul, certains éléments me sautent aux yeux par rapport à ma façon à moi, non pas de faire des choix de changement, mais de les assumer et de les maintenir dans le temps.

Le premier élément est relié au déclencheur du changement. Pour moi, il doit y avoir assez d’énergie au départ pour susciter le changement et je dois être capable de continuer à ressentir ou me rebrancher sur ce déclencheur quand quelque chose ou quelqu’un viendra challenger mon choix. Je parle ici de présence et de conscience, car sur le chemin du changement il m’arrive de prendre conscience de ce qui est à l’origine. La colère, la peur, la souffrance et le désir pour moi sont pleins d’énergie que l’on peut canaliser pour réussir des changements ou une transformation. C’est comme si cette énergie me donnait le pouvoir d’initier les changements.

Le deuxième est le sens du changement que je veux faire ou de façon plus simple : qu’est-ce que je suis prêt ou obligé de laisser tomber, mais suis-je capable de gagner quelque chose qui fait du sens pour moi? Le sens est complémentaire à l’énergie de départ, c’est l’image du résultat, c’est mon besoin derrière l’émotion. En chemin, je pourrais donc avoir deux options pour maintenir ma décision, le déclencheur du début ou le besoin qui fait du sens.

Le troisième c’est le chemin, il y a des chemins qui fonctionnent et d’autres non. En fait, je suis convaincu que pour moi le chemin est encore plus important que la fin. En lien avec le sens, il faut que le chemin que je choisisse fasse du sens et que je puisse au besoin le transformer en cours de route pour m’adapter aux changements des autres sphères de ma vie et aussi aux changements dans l’environnement. Les carcans et moi on ne fonctionne pas bien ensemble.

Le quatrième qui me vient, principalement dans les changements majeurs que j’ai fait, fut d’aller chercher de l’aide. La colère ou la peur sont très intéressantes, mais elles sont mauvaises conseillères dans l’action. Dans ces changements importants, je me suis fait aider par un coach, un mentor, un souding boad, un expert. Des gens qui m’ont aidé à transformer mon énergie en actions alignées comme il faut.

Le cinquième c’est l’énergie globale dont je dispose et le nombre de zones de ma vie en déséquilibre. Si dans certaines zones je suis au-dessus de mes affaires, je dispose d’une énergie de réserve que je pourrais consacrer au changement. Par ailleurs si j’ai plusieurs zones en manque d’énergie, il est certain que je risque d’avoir de la difficulté à réaliser un changement qui prendra de l’énergie. On pourrait aussi appeler cela le timing ou la synchronicité.

Il y a donc cinq éléments dont j’ai besoin pour réussir mes changements mais quels sont mes pièges?

Bien se connaître face au changement c’est aussi être capable de regarder ses pièges, il y en a deux qui me viennent spontanément : la discipline et la capacité de rester concentré sur quelque chose longtemps. Quand cela ne va pas assez vite à mon goût, j’ai tendance à me désintéresser et à essayer de trouver un autre endroit où focusser mes énergies, ce qui m’enlève du focus de changement. Dans le même ordre d’idée, la discipline et moi, on a un vieux problème de couple, ma raison me dit que je dois me discipliner mais dès que je sens que les choses vont un peu mieux, un petit relâchement s’installe. Ces deux pièges doivent rester présents à mon esprit quand j’entreprends des changements, sinon je risque de laisser tomber en cours de route, c’est pour cela que j’ai besoin du quatrième élément…

Et vous, de quoi avez-vous besoin pour assumer vos choix de changement et les maintenir dans le temps?

Je vous laisse regarder comment cette réflexion personnelle raisonne aussi par rapport aux changements et transformation à apporter dans votre vie de gestionnaire.

Soyez au fait des tendances, innovations et bonnes pratiques, chaque mois.
Confidentialité
Centre de formation autorisé Emploi-Québec, Agrément : 0051460
TPS : 141582528 – TVQ : 1019557738
© 2020 AFI
AFI Expertise

L’expérience AFI par Edgenda

Chez AFI, nous concentrons nos efforts pour vous offrir des formations pertinentes et des expériences d’apprentissage percutantes qui s’inscrivent dans vos démarches de transformation. Vous désirez être accompagné dans ces démarches? Consultez les services d’Edgenda: Edgenda.com