Combattre l’infobésité (2 sur 2)

July 15, 2014, par Valère Drainville

Dans mon premier billet consacré à l’infobésité (https://www.afiexpertise.com/fr/publications/article/268), j’ai abordé la problématique que pose la grande disponibilité de l’information à l’ère du numérique et j’en ai détaillé les solutions facilement applicables. Une partie du problème a été traitée, mais deux autre aspects restent à considérer afin de ne pas tomber dans l’excès d’octets : l’instantanéité de l’information et sa rétention.

Instantanéité : l’information à la vitesse lumière

Pour moi, le plus grand travers de l’ère des communications numériques vient de son instantanéité. Consommer l’information dès qu’elle est disponible exagère et amplifie le sentiment d’urgence d’une situation en créant des attentes irréalistes en termes de vitesse. Dans ce contexte, il est difficile d’avoir le recul nécessaire pour prioriser ses lectures. Nous perdons aussi du temps à consommer de l’information plus ou moins pertinente et avec peu de valeur ajoutée. L’important, ce n’est pas de consommer l’information le plus vite possible mais de le faire au bon moment et de la bonne façon. Voici quelques trucs pour y parvenir.

Gérer les alertes courriels et réseaux sociaux

Il est bien plus efficace de consommer l’information régulièrement à des moments adéquats que de le faire entre les tâches, au fur et à mesure qu’elle apparaît. C’est particulièrement évident dans le cas des courriels et des réseaux sociaux. Interrompre son travail constamment pour lire un courriel entrant ou son fil de nouvelles Facebook est contreproductif. Lorsqu’on recommence notre tâche après l’interruption, il nous faut du temps pour se réajuster. On peut éviter cette perte de temps en regardant ses courriels de façon régulière, à chaque heure, et non quand on voit l’alerte apparaître (vous pouvez la désactiver si elle vous dérange). Pour les copies conformes (cc) de courriels et les réseaux sociaux, une lecture par jour est suffisante.

S’isoler

Il est bien plus productif de s’offrir des périodes fixes de lecture pour les rapports, magazines, blogues et livres que de le faire tout en travaillant, ‘à temps perdu’ (expression qui porte bien son nom). Vous serez beaucoup plus concentré sur vos lectures, ce qui vous permettra d’en tirer le maximum. Assurez-vous donc d’éliminer toutes les sources de distraction et de vous consacrer seulement à cette activité.

Ces périodes de 30 à 60 minutes peuvent être le matin avant le début de la journée ou encore sur l’heure du dîner. N’utilisez jamais l’information qui nécessite de la concentration comme lecture de chevet au lit. Gardez ce moment pour des lectures de détente.

Laisser l’information mûrir

Ne pas tout lire instantanément, c’est aussi s’éviter des lectures inutiles, et donc gagner du temps. Il est bon de laisser mûrir un peu l’information avant de la lire, car il s’effectue alors un tri naturel entre la bonne et la mauvaise information. En général, une bonne information ne se déprécie pas avec le temps, du moins à court terme. À l’inverse, une information éphémère a généralement peu de valeur. C’est donc en laissant attendre l’information que vous pourrez plus facilement distinguer celle qui vaut la peine d’être lue de celle qui va directement dans la corbeille.

Rétention : qu’avez-vous retenu ?

Que reste-t-il de tous ces blogues, magazines, rapports, copies conformes et livres que nous avons lu ? Où sont toutes les réflexions et les idées que nous avons eues pendant nos lectures ? Nos lectures sont censées nous faire grandir, et leur potentiel à le faire est immense, mais plus la quantité d’information est grande, plus il est difficile de s’en rappeler (et donc de l’utiliser). Voici quelques solutions pour que nos lectures nous aident réellement.

Écrivez et notez

Pour chaque lecture, créez une page de notes dans un logiciel tel que OneNote ou Evernote. Dès qu’il vous vient une idée, dès qu’une phrase vous inspire, inscrivez-la. Si vous lisez électroniquement, faites des captures d’écran. S’il vous vient une tâche en tête, inscrivez-là le plus rapidement possible dans la liste de tâches d’Outlook ou d’un autre outil de gestion du temps. En écrivant et en prenant des notes, vous créez non seulement un outil de référence mais vous gravez également plus profondément l’information dans votre mémoire. Enfin, relisez vos notes régulièrement et vous serez surpris de ce que vous y trouverez.

Une idée à la fois

Les formats électroniques d’information nous offrent souvent plusieurs contenus connexes à un clic de souris. Il est facile de se perdre dans ce méandre de liens et finalement se rendre compte que nous avons beaucoup navigué et très peu appris.

Lorsque vous lisez, évitez le plus possible de cliquer sur les liens à moins que leur contenu ne soit essentiel pour poursuivre votre lecture. Lisez une première fois vos textes et ensuite, si le temps le permet, allez cliquer et naviguez. Si le temps manque, inscrivez dans vos tâches ou sur une page de notes les liens à lire plus tard.

Pour résumer, il est possible de résister à la tentation de l’instantanéité en ayant des périodes fixes de lecture et en s’isolant adéquatement. On retient aussi beaucoup mieux l’information en prenant des notes et en se concentrant sur un texte à la fois. En combinant les approches suggérées dans les deux articles sur le sujet, vous serez bien équipés pour vaincre l’infobésité. Êtes-vous d’accord avec nos méthodes de lecture? Et vous, comment gérez-vous l’information?

Soyez au fait des tendances, innovations et bonnes pratiques, chaque mois.
Confidentialité
Centre de formation autorisé Emploi-Québec, Agrément : 0051460
TPS : 141582528 – TVQ : 1019557738
© 2020 AFI
AFI Expertise

L’expérience AFI par Edgenda

Chez AFI, nous concentrons nos efforts pour vous offrir des formations pertinentes et des expériences d’apprentissage percutantes qui s’inscrivent dans vos démarches de transformation. Vous désirez être accompagné dans ces démarches? Consultez les services d’Edgenda: Edgenda.com